Le déficit de compétences dans le cloud devient problématique

À l’heure où les infrastructures cloud sont censées simplifier la vie des entreprises, force est de constater que ces dernières font face à d’importantes difficultés pour trouver du personnel compétent pour les superviser. Bien que des moyens soient mis en œuvre pour combler ce déficit, certains experts qualifient la situation de « véritable crise ».

Un déficit de compétences dans le cloud évident

S’il arrive parfois que certains experts fassent une montagne de peu, il semble que ce ne soit pas le cas pour ce qui est du déficit de compétences dans le cloud.

En effet, selon les résultats d’une étude réalisée par le fournisseur de services cloud Onramp, 94 % des employeurs estiment qu’il est « plutôt difficile » ou « difficile » de dénicher des candidats capables de maîtriser la technologie et les compétences métier indispensables à la stimulation de l’innovation numérique.

Il faut dire qu’aujourd’hui, les besoins en compétences dans le cloud des entreprises vont bien au-delà du simple vivier de talents qui existe, ce que confirment d’ailleurs plusieurs sociétés spécialisées dans la mise en relation entre les entreprises et les demandeurs d’emploi.

Ce déficit en compétences dans le cloud est en tout cas fort problématique puisque de nombreuses grandes entreprises s’appuient aujourd’hui sur des applications développées ou exécutées au sein d’architectures cloud (en savoir plus sur l’adoption du cloud en Europe). Or, sans personnel compétent, la supervision, la gestion, le développement de nouvelles applications et la maintenance deviennent impossibles. Un vrai piège pour les professionnels…

Quelles solutions pour combler ce déficit ?

Parce que de nombreuses entreprises se retrouvent en difficulté face aux manques de talents dans le secteur du cloud, elles sont en quête de solutions.

Certaines, disposant de moyens financiers élevés, jouent le jeu de la concurrence et tentent d’attirer les spécialistes du cloud en leur proposant des rémunérations supérieures à celles versées par les entreprises rivales.

Les autres jouent la carte de la formation et de la recherche de perfectionnement du personnel actuel. Toutefois, seulement 37 % des sociétés envisagent cette solution, craignant qu’elle ne soit qu’un palliatif finalement coûteux à la vue des résultats obtenus.

Les moyens semblent donc limités pour combler ce déficit en compétences dans le cloud plutôt problématique tant il « étouffe l’innovation » et prive les entreprises de « s’orienter vers de nouvelles technologies ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.